Saturday, 21 Sha'aban 1445 | 2024/03/02
Time now: (M.M.T)
Menu
Main menu
Main menu

بسم الله الرحمن الرحيم

Second Amir du Hizb ut Tahrir

Cheikh Abdul Qadim Zalloum

Le meilleur successeur pour la direction du Hizb ut Tahrir

zellum abdulkadim

Il s'appelle Cheikh Abdul Qadim Bin Yusuf Bin Yunus Bin Ibrahim Al Cheikh Zalloum et était un érudit renommé. Il est né en Palestine dans la ville d'Al Khalil (Hébron) en 1342 Hijri ou 1924 de notre ère. Sa famille était connue pour sa pratique du Dîne. Son père était un Hafiz el Qur'an et, même durant les dernières années de sa vie, il s'occupait de la récitation du Saint Coran. Son père était enseignant à l'époque du Khilafah (califat) Ottoman.

L'oncle paternel de son père, Abdul Ghaffar Yunus Zalloum, était mufti à Al Khalil à l'époque du Khilafah (califat) Ottoman. La famille Zalloum est l'une des familles dépositaires de la mosquée Ibrahimi et donc l'un des serviteurs de Yaqoub (as). Cette famille est chargée de hisser le drapeau islamique sur le minbar les vendredis et à diverses occasions.

Le Califat Ottoman confiait aux familles renommées d'Al Khalil la responsabilité de s'occuper de la mosquée Ibrahimi et ces familles se sentaient honorées et fières d'assumer cette responsabilité.

Les quinze premières années de la vie du Cheikh Abdul Qadim Zalloum se sont déroulées dans la ville d'Al Khalil. Il a reçu une éducation de base à la Madrassah Ibrahimi d'Al Khalil, puis son père l'a envoyé à Al Azhar pour qu'il devienne un expert en jurisprudence islamique. C'est ainsi qu'à l'âge de 15 ans, il est parti pour Al Azhar au Caire. C'est en 1939 de l'ère chrétienne (1361 Hijri) qu'il a obtenu son premier diplôme à Al Azhar – Chahadat al Ahliyat al-oula (le plus haut diplôme). En 1947 (1366 Hijri), il a obtenu le diplôme d'Al 'Aliya Li Kulliyat al Charia d'Al Azhar, puis en 1949 (1368 Hijri), il a obtenu le Chahadat al 'Alamiya et s'est spécialisé dans le domaine judiciaire, ce qui équivaut à un doctorat de l'époque moderne.

Il a organisé un groupe de musulmans pendant la guerre israélo-palestinienne et a quitté l'Égypte pour la Palestine dans le but de faire le Jihad. Mais à son arrivée, il a appris que la guerre avait été arrêtée et qu'un accord de cessez-le-feu avait été conclu. Par conséquent, son objectif de Jihad ne pouvait être atteint en Palestine. Le Cheikh était très apprécié à l'université Al Azhar et on l'appelait "Melik" (roi). Il a toujours été un étudiant de premier plan. Il s'est inscrit à la profession d'enseignant à son retour à Al Khalil en 1949. Il a été associé à la Madarassah de Bethléem pendant deux ans. Il s'est ensuite installé à Al Khalil en 1951 et a enseigné à la Madrassa Oussama bin Ma'aqiz.

En 1952, le cheikh Abdul Qadim Zalloum a eu un échange avec le Cheikh Taqi, qui a donné lieu à des débats et des arguments continus sur la question d'un Parti/Hizb à Al Quds ; il se rendait donc constamment dans cette ville bénie à cette fin. Cheikh Zalloum a rejoint le Hizb dès le jour où le parti a commencé ses activités et, en 1956, il a fait partie de sa direction. C'était un grand orateur et les gens l'aimaient. Le vendredi, il prêchait dans la mosquée Ibrahimi Yusufiya et une grande foule se rassemblait pour l'écouter. Puis, après la prière du vendredi, il prêchait dans la mosquée Ibrahimi où les gens se rassemblaient également en grand nombre pour l'écouter. Le Cheikh a été désigné comme candidat aux élections de la Chambre des représentants en 1954. Il a également été candidat en 1956, mais l'État a truqué les élections et il a été déclaré vaincu. Il a été arrêté et emprisonné à Al Jaffer Al Saharawi où il a passé de nombreuses années, avant d'être finalement libéré avec l'aide d'Allah (swt).

Qu'Allah (swt) lui fasse miséricorde, il était le bras droit du chef fondateur.  Il était une flèche dans le carquois du fondateur ; il avait l'habitude de lui faire confiance pour des expéditions de haut niveau. Il n'a jamais montré la moindre hésitation et a toujours préféré la Dawah à sa famille et aux luxes de ce monde temporaire. Un jour, on le trouve en Turquie, un autre jour en Irak, le lendemain en Égypte, puis en Jordanie et au Liban, et ainsi de suite. Partout où on le demandait, il accompagnait l'Emir pour dire la vérité. L'expédition en Irak était cruciale et seul un homme vraiment audacieux pouvait assumer cette responsabilité. L'Amir lui a confié cette tâche et il l'a acceptée, sous la supervision de l'Amir, et s'en est brillamment acquitté.

Au moment de la mort du chef fondateur, c'est sur ses épaules que reposait le devoir de cette Dawah. Il a porté le fardeau de cette lutte et la Dawah a progressé à pas de géant. Le style de la Dawah est devenu plus clair, sa zone d'action s'est considérablement élargie jusqu'à atteindre l'Asie centrale et l'Asie du Sud-Est. L'écho de ce message s'est même fait entendre en Europe.

À l'époque de cet éminent érudit, la fitna des Nakithîn (la faction qui a rompu son serment) est apparue. Certaines personnes étaient influencées par les murmures des diables et profitaient de la patience du Cheikh. Ces personnes ont violé leur serment ; une nuit, elles ont conspiré pour égarer la caravane du parti et lui porter un coup fatal. Ce n'est qu'avec la bénédiction d'Allah (swt) et ensuite avec l'intelligence perspicace et la persévérance du Cheikh Abdul Qadim Zalloum que le Hizb a été sauvé de tout dommage irréparable ; au contraire, le Hizb est sorti de cette crise plus fort et ces conspirateurs n'ont obtenu rien d'autre que l'humiliation.

Cet érudit inébranlable a continué à être le leader et le porte-drapeau de la Dawah jusqu'à l'âge de 80 ans, lorsque l’intuition de sa mort imminente l'a poussé à prendre une décision concernant ce travail pour lequel il a passé les deux tiers de sa vie - 25 ans en tant que bras droit de l'Amir et près de 25 ans en tant qu'Amir lui-même. Il souhaitait s'acquitter de ses responsabilités de manière satisfaisante ; il a donc décidé de démissionner de son poste de dirigeant et d'organiser des élections pour élire le prochain Emir, et c'est exactement ce qui s'est passé. Le lundi 14 Mouharram 1424 Hijri, soit le 17 mars 2003 de l'ère chrétienne, il a lui-même démissionné de son poste de dirigeant et, quelques jours après l'élection du nouvel Amir, son âme a rejoint le monde éternel.

Ainsi, ce grand océan de savoir, l'Emir du Hizb ut Tahrir, Cheikh Abdul Qadim Zalloum, a rencontré son Créateur à l'âge de 80 ans dans la nuit du mardi 27 Safar 1424 Hijri correspondant au 29 avril 2003 de l'ère chrétienne, Inna Lillahi wa Inna Ilaihi Raji'oun. Lors de son décès, le nombre de personnes venues présenter leurs condoléances à Al Khalil - Abou Gharbiya Al Cha'rawi a été sans précédent. Les gens venaient de différentes villes et villages. Des poètes et des écrivains ont écrit des poèmes et de la prose sur sa vie. Des messages de condoléances ont été reçus du monde entier par téléphone et par radio. De nombreux messages de condoléances ont été reçus du Soudan, du Koweït, d'Europe, d'Indonésie, d'Amérique, de Jordanie, d'Égypte et d'autres pays. Au même moment, une foule immense s'est rassemblée à Beyrouth, au Liban, et à Amman, en Jordanie.

Le Cheikh (rahimoullah) était un homme courageux et audacieux lorsqu'il s'agissait de la question du Dîne. Il ne se souciait jamais d'une quelconque réprimande à cet égard. C'était une personne extrêmement active, qui ne se lassait pas de ses efforts et ne désespérait pas. Il était l'incarnation de la disposition et de la haute moralité. Il se tenait très éloigné de tout ce qui était Haram. Il était extrêmement tolérant, patient et aimable. Ses amis proches mentionnent qu'il avait l'habitude de rester éveillé la nuit pour l'adoration et qu'il pleurait en récitant les ayât d'Allah (swt). Il était extrêmement constant et ferme dans la Dawah. Il a vécu sa vie dans l'obscurité, des dirigeants oppressifs l'ont poursuivi sans relâche jusqu'au moment où il est mort et a quitté ce monde temporaire. Seul Allah (swt) peut lui accorder la récompense de sa lutte. Qu'Allah (swt) le couvre de ses innombrables bénédictions, Amin.

Voici ses livres et brochures publiés par le Hizb ut Tahrir à son époque :

i.     Fonds dans l'État de la Khilafah (Califat)

ii.     Ajout au Livre : Le système de gouvernement de l'islam

iii.    La démocratie est un système de Koufr

iv.    Règle de char'i concernant le clonage et la transplantation d'organes

v.    Méthodologie du Hizb ut Tahrir pour apporter le changement

vi.    Hizb ut Tahrir

vii.   Campagne américaine de destruction de l'islam

viii.  La croisade de George Bush contre les musulmans

ix.  La crise des marchés boursiers et les règles islamiques qui s'y rapportent

x.  Le choc des civilisations est inévitable

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.

back to top

Catégories de Sites

Liens

Occident

Terres Musulmanes

Terres Musulmanes